carrières et carriers de grès du massif de Fontainebleau et alentours

Bien connus des amateurs de randonnée mais surtout d’escalade, les grès de Fontainebleau eurent longtemps une vocation tout autre : durant des siècles, ils ont été débités afin de servir à la construction, celle du palais et des maisons anciennes mais aussi pour le pavage des rue de la capitale grâce à la Seine qui en facilitait le transport. Aujourd’hui silencieuses, les multiples carrières ont laissé bien des traces qui font aujourd'hui partie du patrimoine. Ce blog propose de populariser toutes les initiatives qui visent à valoriser ou mieux faire connaître ce patrimoine auprès du grand public

Rocher Denecourt : la paroi d’un bloc débité par les carriers sert de support pour illustrer un poème en hommage au sylvain de la forêt de Fontainebleau.

2 Commentaires

Dubreucq Rocher Denecourt 2019-02 DSC01170

Rocher Denecourt, 2019. Cliché P. Dubreucq

A proximité de la fontaine du Gand Mont Chauvet (parcelle 253 en réserve biologique intégrale), un artiste a choisi la paroi d’un bloc débité par les carriers, connu sous le nom de Rocher Denecourt, pour illustrer un poème en hommage à notre illustre sylvain sous la forme d’un rouleau de parchemin. Si vous observez bien l’arête du rocher au dessus du parchemin, vous y verrez une jolie trace de mortaise, une échancrure dans l’arête, qui atteste que ce bloc fut en partie exploité. Ce sonnet est ancien. Grâce au photographe passionné d’histoire Olivier Blaise, animateur du très beau site www.Fontainebleau-photo.fr, j’ai appris que, daté de mai 1875, il figurait en page de garde de la 18e édition du guide Denecourt, publiée en 1876. Il figure également dans le Dictionnaire historique et artistique de la Forêt de Fontainebleau de Félix Herbet publié en 1903. Ce poème est signé Bethmont.  J’ignore s’il s’agit de l’un des membres de la famille du célèbre Eugène qui fut ministre sous la Seconde République (1). Un graffiti maladroit au bas du rocher mentionne quelques lettres peu lisibles avec une date : 8 mai 38. S’agit-il de la date d’une première restauration de la peinture ? je l’ignore également. Au fil des ans l’image s’est effacée progressivement sous l’effet des intempéries et de la mousse qui la recouvrait mais récemment le poème a trouvé une nouvelle jeunesse.  Selon Louis Broch – auteur d’un précieux ouvrage en ligne consacré aux inscriptions de la forêt de Fontainebleau depuis le XVIIème siècle hébergé sur le site www.pofableau.com – : « deux personnes l’ont repeinte en septembre 2018 d’après une carte postale ancienne ». Les carriers pouvaient-ils imaginer que les parois de certains blocs serviraient un jour de support pour l’expression de poètes et d’artistes ?. Patrick Dubreucq.

(1) Selon Christophe Cheminade, que je remercie pour son commentaire de l’article,  il s’agit probablement  » du peintre Charles Henri Bethmont qui a peint de nombreuses toiles de la forêt de fontainebleau ».

2 réflexions sur “Rocher Denecourt : la paroi d’un bloc débité par les carriers sert de support pour illustrer un poème en hommage au sylvain de la forêt de Fontainebleau.

  1. Bonjour,
    Je pense qu’il s’agit du peintre Charles Henri Bethmont qui a peint de nombreuses toiles de la forêt de fontainebleau.
    J’ai d’ailleurs en ma possession l’original d’un poème signé de sa main en juin 1882 écrit pour l’inauguration du sentier Blancheteau en forêt de Fontainebleau.
    Sincères Salutations

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s