carrières et carriers de grès du massif de Fontainebleau et alentours

Bien connus des amateurs de randonnée mais surtout d’escalade, les grès de Fontainebleau eurent longtemps une vocation tout autre : durant des siècles, ils ont été débités afin de servir à la construction, celle du palais et des maisons anciennes mais aussi pour le pavage des rue de la capitale grâce à la Seine qui en facilitait le transport. Aujourd’hui silencieuses, les multiples carrières ont laissé bien des traces qui font aujourd'hui partie du patrimoine. Ce blog propose de populariser toutes les initiatives qui visent à valoriser ou mieux faire connaître ce patrimoine auprès du grand public


1 commentaire

Dimanche 14 octobre 2018 à 14h 30 : « Art rupestre et impression 3D », une conférence à la Maison du Parc de Milly-la-Forêt.

gravure rupestre- vallée de l'Essonne

Gravure rupestre d’un aurochs. Vallée de l’Essonne. 03-2018. Cliché Dubreucq P.

Dans les chaos de grès du Massif de Fontainebleau et alentours, plus de 2 000 abris gravés sont désormais recensés grâce notamment aux prospections entreprises depuis plusieurs décennies par les membres du Groupe d’Étude de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre (GERSAR). Ces gravures abstraites faites de milliers de sillons souvent organisés en quadrillage, remonteraient au VIIIe millénaire avant notre ère, soit au Mésolithique, l’époque des dernières communautés préhistoriques ne vivant que de chasse et de cueillette dans notre région. Ce patrimoine unique au monde, parfois au beau milieu de zones très touristiques, est très fragile car le grès est friable et les parois ornées s’érodent quand on se faufile dans les abris. Au cours de cette conférence, Alain Bénard, Président du GERSAR et Boris Valentin, professeur d’archéologie préhistorique à Paris 1, feront état des mesures de sauvegarde entreprises pour préserver ce patrimoine. Grâce au soutien financier du Ministère de la culture et du Conseil départemental de Seine-et-Marne et au travail d’une équipe de spécialistes, plusieurs abris ont récemment fait l’objet d’un archivage au moyen de l’imagerie 3D. Ces relevés très précis par photogrammétrie vont permettre de limiter la présence dans les abris fragiles tout en offrant aux chercheurs la possibilité d’étudier les gravures sur ordinateur et au public la possibilité de visiter virtuellement ces abris. Enfin grâce à la reproduction par impression 3D, des expositions, des actions dans les écoles… permettront de faire connaître ce patrimoine préhistorique inestimable et de sensibiliser le public à l’importance de sa protection.

A l’occasion de cette conférence gratuite qui aura lieu à 14h 30 à la Maison du Parc de Milly-La-Forêt (20 bd du Maréchal Lyautey), le public pourra admirer une impression 3D d’une paroi d’un abri orné mêlant tracés mésolithiques et une représentation animalière probablement plus ancienne.

Cet article est inspiré de la page consacrée à la conférence sur le site du Parc naturel régional du Gâtinais français


Poster un commentaire

Samedi 13 octobre 2018 à 14h 30 : visite géologique de la carrière de grès de la Troche au parc Eugène Chanlon de Palaiseau

carrière de la troche (2) - copie

Aperçu du front de taille de la carrière de la Troche. Photos.piganl.net.

A l’occasion de la Journée du patrimoine géologique de l’Essonne, le Département et la  la ville de Palaiseau  proposent aux habitants de découvrir les nouveaux aménagements de la carrière de la Troche réalisés cet été (nettoyage du site, installation de bancs, de panneaux pédagogiques…). Cette carrière est un lieu unique, qualifié de « géosite d’intérêt régional » depuis l’inventaire géologique de l’Essonne mené en 2007. Nichée au cœur du parc Eugène Chanlon, c’est la dernière carrière de grès visible d’une aussi belle qualité dans le nord de l’Essonne. Ce site témoigne aussi d’un riche passé économique. En effet, le gisement de grès de la carrière de la Troche a été exploité dès le XVIIIème siècle pour la production de pavés. Ceux-ci ont servi pour le pavage des rues de Paris et dans de nombreuses constructions des environs. Au plus fort de son activité, à la fin du XIXème siècle, le site faisait travailler 25 à 30 ouvriers carriers. Le grès était alors acheminé jusqu’à Paris via le chemin de fer de la gare de Lozère. L’ exploitation cesse son activité en 1937. Le site est désormais ouvert à la varappe.

Animée par Grégoire Martin, Conservateur de la Réserve naturelle des Sites géologiques de l’Essonne et Renaud Bourgeais, garde-technicien de la Réserve Naturelle des Sites géologiques de l’Essonne,  la visite de la carrière de la Troche débute à 14h 30 (Accès par la rue de Corbeville) . Elle est prévue pour durer une heure environ. Elle sera précédée dès 10h le matin par une balade géologique au travers de la ville afin d’y découvrir la richesse des sous-sols et du patrimoine palaisien. Voir les détails du programme et le lieu de rendez-vous sur le site de la ville de Palaiseau.

Cet article est inspiré de la page consacrée à l’inauguration sur le site de la ville de Palaiseau


Poster un commentaire

Vendredi 12 octobre 2018 à 20h : « Les sables et Grès de Fontainebleau revisités, formation et transformations », conférence de Médard Thiry à la salle des Fêtes de Nemours

carrière SAVIM buthiers

Dalle de grès contournée, dégagée lors de l’exploitation de sables blancs, carrière de SAVIM, Buthiers (77). Collection M. Thiry.

Dans le cadre du Géofestival 2018 et en partenariat avec l’Ecole des Mines et les Services Culturels de la Mairie de Nemours, Médard Thiry, géologue chercheur à Mines-ParisTech donnera une conférence intitulée « Les Sables et Grès de Fontainebleau revisités, formation & transformations » le vendredi 12 octobre à 20h, à la Salle des Fêtes de Nemours.

Cette conférence vous fera découvrir les richesses géologiques du massif et a pour ambition de montrer que la géologie n’est pas difficile … il suffit d’observer et d’y appliquer un peu de bon sens. Pas plus compliqué. C’est en tout cas la démarche adoptée, montrer les faits simplement et en déduire les implications.

Les grès sont la marque de fabrique du massif de Fontainebleau. On ne peut imaginer ce que serait la forêt sans les grès… ni platières, ni chaos, ni carrières! Mais comment ces grès se sont-ils formés à partir des sables blancs ?

Médard Thiry vous expliquera comment les observations de terrain et les analyses des sondages l’ont conduit à reconsidérer complètement la géologie des Sables et Grès de Fontainebleau. Les nouvelles données conduisent à considérer que les grès n’ont pas été formés lors des dépôts de sables, il y a 35 millions d’années, mais se sont formés il y a moins de 500 000 ans pendant les périodes glaciaires, dans les paysages presque actuels, avec ses vallées et ses plateaux.

Le modèle bellifontain pose la question de l’origine d’autres formations gréseuses en Belgique, Allemagne et ailleurs. Des grésifications similaires, liées aux paysages glaciaires du Quaternaire se sont sûrement faites à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie. C’est un tournant de la géologie des pays tempérés qui est en train de s’opérer à partir du massif de Fontainebleau.

La conférence sera suivie de la présentation et de la dédicace du   « Guide des curiosités géologiques du massif de Fontainebleau » nouvellement publié aux éditions du BRGM , de Médard Thiry en collaboration avec Marie Liron, Patrick Dubreucq et Jean-Claude Polton.