carrières et carriers de grès du massif de Fontainebleau et alentours

Bien connus des amateurs de randonnée mais surtout d’escalade, les grès de Fontainebleau eurent longtemps une vocation tout autre : durant des siècles, ils ont été débités afin de servir à la construction, celle du palais et des maisons anciennes mais aussi pour le pavage des rue de la capitale grâce à la Seine qui en facilitait le transport. Aujourd’hui silencieuses, les multiples carrières ont laissé bien des traces qui font aujourd'hui partie du patrimoine. Ce blog propose de populariser toutes les initiatives qui visent à valoriser ou mieux faire connaître ce patrimoine auprès du grand public


Poster un commentaire

30 septembre 2017: promenade guidée sur la trace des carriers de grès du Rocher du Long Boyau et des Gorges du Houx

Front de taille- Long Boyau Dubreucq P

Front de taille au Rocher du Long Boyau, 2016. Photo P. Dubreucq.

Dans le cadre du Géofestival 2017, Patrick Dubreucq, membre des Amis de la Forêt de Fontainebleau (AFF), animera, le samedi 30 septembre, une promenade sur la trace des carriers de grès du Rocher du Long Boyau et des Gorges du Houx qui font partie des dernières platières livrées à l’exploitation dans la seconde moitié du XIXème siècle.

Le départ de la balade est prévu à 14h30 au carrefour des Gorges de Franchard, Route Ronde D 301. Le retour est envisagé vers 17h. Prévoir des chaussures de marche. Inscription conseillée. Les personnes intéressées pourront se procurer le n°2 du cahier des AFF intitulé « les grès à Fontainebleau, carrières et carriers » paru en juin 2016 (10 euros).


Poster un commentaire

23 septembre 2017: promenade guidée à la découverte de la géomorphologie et de la biodiversité du site de Franchard

Roche_qui_Pleure Photo Thiry

La Roche qui pleure. Pourquoi ces formes toutes en rondeurs? Et comment et pourquoi pleure-t-elle? Ces questions seront évoquées au cours de la balade. Photo M. Thiry.

Dans le cadre du Géofestival 2017, Médard Thiry et Marie Liron animent une promenade sur le site de Franchard le samedi 23 septembre 2017.

Médard Thiry, chercheur à Mines-ParisTech vous fera découvrir la géomorphologie du site en compagnie de Marie Liron, membre de l’ANVL (Association des Naturalistes de la Vallée du Loing) ingénieur écologue et spécialiste de la biodiversité.

Le départ de la promenade est prévu à 14h30 au Centre d’Ecotourisme de Franchard, route de l’Ermitage. Le retour et envisagé vers 16h30. Prévoir des chaussures de marche. La balade conduira à détailler comment l’organisation des dalles de grès et leur disposition au sein des sables ont conduit aux paysages spectaculaires des Gorges de Franchard, site le plus visité depuis le début du tourisme en forêt il y a près de 200 ans. Seront également examinés les dalles de grès, leurs cassures et leur démantèlement, et le rôle de la géologie sur la couverture végétale, avec des biotopes à forte valeur patrimoniale (plantes rares et protégées), associées aux surfaces gréseuses.

A cette occasion, Thiry Médard présentera, à 13h30, juste avant la promenade, son tout nouveau « Guide des curiosités géologiques du massif de Fontainebleau » publié aux éditions du BRGM en collaboration avec Marie Liron, Patrick Dubreucq et Jean-Claude Polton. (voir article précédent)


2 Commentaires

Septembre / octobre 2017: publication d’un « Guide des curiosités géologiques du massif de Fontainebleau » par Médard Thiry

couv_2b

Les éditions du BRGM publient très prochainement – début octobre au plus tard – un « guide des curiosités géologiques du massif de Fontainebleau ». A cette occasion nous avons posé quelques questions à son auteur principal M. Médard Thiry, géologue à l’École des Mines-ParisTech

Pourquoi publier dans la collection des guides du BRGM, quel est l’intérêt de cette collection et comment se présente l’ouvrage ?

Le BRGM, Service Géologique National, a créé il y a quelques années une nouvelle série de guides géologiques à destination du public et qui focalise sur des entités géologiques régionales à fort potentiel pédagogique. Ce sont bien des guides pour le public, même si les professionnels y trouvent aussi leur compte. La ligne éditoriale est rigoureuse, ce n’est pas parce que le guide est ciblé grand public qu’on peut se permettre des approximations. Rigueur et clarté sont la ligne commune à la vingtaine de titres parus à ce jour.

Le massif de Fontainebleau, qui depuis l’orée de la géologie au XVIIIe siècle a été le creuset de nombreuses idées nouvelles, se devait d’avoir son guide. Le guide se devait d’être à la hauteur des objets géologiques exceptionnels que présente le massif : les grands alignements de platières, les grès sous tous leurs aspects, les calcites de Fontainebleau, mais aussi la biodiversité liée à la juxtaposition de paysages minéralogiquement contrastés, etc.

Le guide présente deux parties principales. Une première partie est consacrée à la géologie du massif, à la description et l’interprétation des Sables et Grés de Fontainebleau : dépôt des sables et des calcaires, puis leurs transformations complète lors de leur mise à l’affleurement, avec blanchiment des sables, formation des grés, cristallisation de grandes calcites, etc. Les paysages du massif et l’exploitation des matériaux y sont aussi présentés. Une seconde partie est consacrée à la présentation de 23 sites géologiques remarquables en forêt de Fontainebleau et aux alentours. Chaque site est présenté et expliqué avec schéma à l’appui, pour coller très exactement à ce qu’on observe, guider l’observation au pas à pas. Le guide a un format allongé, qui tient bien dans la main, avec nombreux schémas, plans et photos, agréable à feuilleter, avec carte de situation et carte géologique dans les rabattants des couvertures.

Ce guide invite à découvrir les richesses géologiques du massif. Il a aussi l’ambition de montrer que la géologie n’est pas difficile … qu’il n’y a pas nécessairement besoin de connaissances géologiques, que c’est d’abord un exercice d’observation, toucher du doigt et appliquer un peu de bon sens. Pas plus compliqué. C’est en tout cas la démarche adoptée, montrer les faits simplement et déduire ce que cela implique. Il se veut l’illustration d’une approche scientifique récréative et éducative.

Enfin, si des aspects aussi divers que la géologie, la biodiversité et l’histoire ont pu être présenté c’est grâce à la collaboration de Marie Nieves Liron, Patrick Dubreucq et Jean-Claude Polton, respectivement membres de l’Association des Naturalistes de la Vallée du Loing et du Massif de Fontainebleau et des Amis de la Forêt de Fontainebleau. Dés le projet du guide, j’ai voulu y attacher ces 2 associations en reconnaissance de leur travail et engagement pour le massif et sa forêt depuis plus d’un siècle.

biographies 1

Dans cet ouvrage, vous remettez à plat les idées anciennes sur la formation des grès en affirmant qu’ils sont récents et qu’ils se sont formés dans des paysages presque actuels lors des dernières glaciations. Pouvez-vous nous dire quelques mots de la démarche scientifique qui a abouti à cette nouvelle hypothèse ?

C’est le résultat de 30 ans de quête et d’enquête sur le massif. Prendre en compte tous les aspects, sondages profonds, carrières en continuelle évolution, les affleurements le long des sentiers et hors-sentier, tous les détails, toutes les boursouflures des rochers.

Tout est parti de la constatation d’incohérences et de contradictions dans les modèles admis auparavant. Il fallait trouver des arguments et des faits nouveaux qui n’avaient pas été pris en compte, ou plutôt qui n’étaient pas connus précédemment. Puis, les faits mis en lumière n’étaient pas ceux escomptés et surprenants. Mais les faits sont des faits, ils sont incontournables et c’est eux qui construisent et dictent le modèle. C’est ainsi, par la mise en lumière de géométries nouvelles, insoupçonnées précédemment par manque d’accès par sondage, que la compréhension de la formation des Grès de Fontainebleau a été complètement bouleversée.

Ce que je présente dans le guide, et qui a déjà été largement publié dans la littérature internationale, c’est que les Grès de Fontainebleau ne sont pas du tout liés au dépôt des sables il y a quelques 35 millions d’années, mais que les grès se sont formés dans les paysages actuels, il y a moins de 500 000 ans, presque sous nos pas. Tout s’est joué après la mise à l’affleurement des sables et après creusement des rivières. Alors les sables ont été percolés par les eaux de pluie, par l’écoulement des nappes aquifères vers les rivières et ont subi les rigueurs du froid des glaciations successives.

Les grès se sont formés pendant ces périodes froides en bordure des vallées, là où l’eau de la nappe de Beauce s’écoulait et se faisait refroidir au contact des sols gelés jusqu’à des profondeurs de 10, 20, voire 50 m. Cela a été la mise en place d’une vaste usine chimique, le refroidissement de la nappe diminuait la solubilité de la silice contenue en solution dans l’eau et la silice précipitait et cimentait les grains du sable pour former les grès ! Simple et efficace. Il suffit de laisser couler assez longtemps pour continuellement amener de la silice et faire grandir la dalle de grès. A ce mécanisme de silicification s’ajoutent d’autres réactions géochimiques collatérales. Ainsi les eaux froides qui s’infiltrent se réchauffent au contact des eaux de la nappe et précipitent les Calcites de Fontainebleau. Les eaux des sols des toundras qui couvraient la région étaient riches en acides organiques qui blanchissaient les sables et leur donnaient cette pureté exceptionnelle. Et voilà tous ces aspects exceptionnels de la géologie du massif de Fontainebleau réunis dans un même modèle qui donne de la cohérence à toutes les observations dispersées.

schéma_global

Le modèle bellifontain montre comment des données nouvelles peuvent culbuter les idées reçues et qu’à partir de là, les questions s’enchaînent et les concepts nouveaux dessinent progressivement un tout nouvel objet géologique. D’objet géologique les Sables et Grès de Fontainebleau sont devenus des marqueurs de la géochimie de surface et des indicateurs des conditions péri-glaciaires.

Voilà ce que vous pourrez découvrir dans le guide. Ce n’est pas plus compliqué. Au contraire, les nombreux schémas du guide vous éclaireront tous ces mécanismes gigantesques, qui se sont fait et dont certains continuent à se faire de manière imperceptible sous nos pas. Prenez le guide, empruntez un sentier … et l’aventure géologique vous guette !

Songez-vous à faire une conférence ? A quelles occasions le public aura-t-il la possibilité de vous entendre développer votre hypothèse dans les prochaines semaines ?

Plusieurs manifestations sont programmées autour du Géofestival qui se tiendra en septembre-octobre. D’une part des visites guidées sur le terrain pour illustrer un site décrit dans le guide. Je guiderai une balade géologique à Franchard, accompagné de Marie Liron pour les aspects biologiques l’après-midi du 23 septembre. Patrick Dubreucq guidera une autre visite sur les anciennes carrières du Long Boyau et des Gorges du Houx l’après-midi du 30 septembre. Il donnera aussi une conférence sur les carriers de grès au XIXème siècle et présentera le guide le 7 octobre en fin d’après-midi. Enfin, je donnerai une conférence sur les grès de Fontainebleau le vendredi 13 octobre à 20 h dans la Salle d’Honneur de la Mairie de Fontainebleau, avec présentation et dédicace du guide. Voilà bien des occasions de se frotter aux grès. Profitez-en.

logos v2